Partagez|

J'ai pas encore fait mon testament (Pv Alec)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
Jezabel D. Myers
_______________________


avatar


● Messages : 164
● Camps : ODT en fuite
● Situation : Toujours raide dingue de sa soeur qu'il a épousé

Pensine
Pseudo IRL: Kevin
Double comptes: Valafar

MessageSujet: J'ai pas encore fait mon testament (Pv Alec) Ven 12 Oct - 9:10


‘‘J'ai pas encore fait mon testament’’
Si je vous dis que je suis somnambule, vous me croyez ?

« Vous vouliez un peu de divertissement ? Je vous emmène un élève que j’ai trouvé en train de faire le mur. Je vous préviens que c’est du dur à cuire. »

Et voilà, je m’étais fait attraper par Rusard alors que j’essayais, une fois encore, de faire le mur pour sortir de Poudlard. Je peux dire que je ne faisais pas trop le malin pour une fois. J’étais censé me retrouver en face de Rogue, mais celui-ci n’étant pas là pour le moment, c’est à Alec Pontius qu’on m’emmena. J’ai entendu plusieurs élèves se plaindre de lui. Faut dire que moi, je n’ai rien à lui reprocher. Il ne m’a encore jamais attrapé en train de faire une connerie non plus. Mais là, j’allais sûrement voir l’autre visage du surveillant que je trouve si cool, d’habitude. Et Rusard qui me cramponnait par ma cape, comme s’il craignait que je me volatilise d’un seul coup. ‘Fin ça n’aurait pas été de refus que de disparaitre, surtout quand Pontius a posé les yeux sur moi. Tiens … il n’avait pas le même regard que d’habitude. J’espérais, au plus profond de moi, qu’il faisait semblant, le temps que Rusard se barre. Finalement, j’aurai largement préféré me retrouver en face de Rogue, même si je me serai certainement pris une bonne engueulade. Notez tout de même, que je ne bougeais pas de près de la porte, sûrement prêt à me tirer si ça tournait mal. Et quand le vieux quitta la pièce, claquant la porte sur son chemin. Me voilà tout seul avec le surveillant le pire qui existe. Super. Je crois que cette soirée, je vais m’en souvenir jusqu’à la fin de mes jours. D’ailleurs, je déglutis en relevant le regard pour croiser le sien. Est-ce que ça en valait vraiment la peine ? Je veux dire, je me suis encore barré du Château et j’ai été trainé à Pré-Au-Lard. Ce n’est qu’à mon retour, en empruntant un des passages secrets, que je suis tombé nez-à-nez avec le chat de Rusard. Cette saleté de bestiole m’a causé bien des soucis. J’ai tout de même eu l’occasion de lui faire croire que je voulais quitter le château pour m’amuser. J’allais pas lui dire que je revenais d’une soirée avec une fille canon dont je connais même pas le prénom. ‘Fin bref, là tout ça c’était derrière moi. Je faisais de mon mieux pour ne pas croiser le regard de Pontius trop longtemps. La rumeur dit que c’est un membre de l’Ordre des Ténèbres en plus et qu’il prend un malin plaisir à torturer les élèves à coup de Doloris. Alors c’était pas dans mon intérêt de me montrer aussi irrespectueux qu’à mon habitude. Au contraire, valait mieux que je fasse tout l’inverse, encore que ça serait vraiment tout nouveau pour moi. Je suis pas le genre faux-cul, mais quand je peux sortir mes fesses d’un mauvais moment, faut que je pense à fermer mon clapet.

« Heu … avant de me prendre quoique se soit dans la tronche, je peux dire quelque chose ? »

Faut tout de même que je trouve le moyen de me sortir de ce mauvais pas. Maudit Rogue, il pouvait pas se trouver dans son bureau celui-là ? Ca m’aurait épargné bien des soucis, même si j’aurais certainement eu toute sa réserve de potions à ranger.
Shtoum (c)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
D. Alec-Ivy P.-Henderson
_______________________


avatar

....
● Messages : 1781
● Camps : Ordre des ténèbres, le mal domine.
● Situation : Marié avec Liam, le plus beau des hommes, trois enfants. ♥
● Activitées : Sans emploi, prisonnier à Azkaban.

Pensine
Pseudo IRL: Morphée.
Double comptes: //

MessageSujet: Re: J'ai pas encore fait mon testament (Pv Alec) Ven 12 Oct - 17:22

your bluff time is up
Jezy & Ivy


Ce soir je devais veiller, du moins je devais rester à Poudlard pour faire mon taff, encore une longue nuit avant demain matin, ce n’est pas de sitôt que je vais pouvoir rejoindre mon lit ainsi que mon mari et même mes enfants, non, malheureusement je suis de corvée, même si mon boulot, je l’aime, disons que là je suis de mauvaise humeur, déjà le fait de rentrer super tard et de ne pas avoir vu mes enfants aujourd’hui puis aussi que je n’ai pas passé beaucoup de temps avec Liam et du coup, je l’ai mauvaise. Un élève vient de quitter la salle, où il a fait son heure de colle, et évidemment c’était sans compter une petite surprise. Je soupire quand je m’apprête à quitter la salle alors que Rusard m’emmène ce Serpentard que je n’ai jamais pris entrain de faire des bêtises, un gars que je considérais d’ailleurs comme mon chouchou. J’observe Rusard, malgré tout, quand on le connait bien c’est un bon type, enfin pour ma part, je le trouve cool. Je fais un geste, qu’il peut s’en aller. Un dur à cuire ? Oh, mais c’est que je ne le connaissais pas si bien que sa finalement, un peu de divertissement, ça m’intéresse. Je croise mes bras, ce soir si j’aurais été de meilleure humeur je l’aurais laissé filer, mais l’ayant en travers, je suis tout sauf un gros bisounours –d’ailleurs, généralement, je suis loin de l’être.

Je laisse mes bras croisés, l’observant et ne souriant même pas, au contraire, j’ai cet air froid dessiné sur le visage, je n’ai pas envie de sourire d’ailleurs, je suis bien trop énervé pour cela alors lui, il est juste mal tombé, il a voulu faire le kakou au mauvais moment, il n’aura qu’à assumer, d’ailleurs. Mais ce gamin a compris qu’il ne fallait pas trop soutenir mon regard, pour moi c’est me tenir tête. Il prend enfin la parole puis j’incline légèrement la tête, ayant un air d’incompréhension avant de faire mine de réfléchir, dire quoi, hm ? Essayer de se justifier ? Pourtant, je sais ce que font les élèves dans les couloirs en pleine nuit.

« Tu viens de me dire quelque chose. »

Dis-je en prenant un air amusé. Je quitte ensuite le bureau et sort ma baguette, prenant soin de fermer la porte à clef, si c’est un dur à cuir, il doit être malin, en plus d’être un Serpentard, cela risque d’être vraiment chaud bouillant, et ce soir je n’ai vraiment pas envie de me prendre la tête. Je suis énervé, lassé, fatigué et je n’ai qu’une envie c’est de rentrer chez moi.

« Dis-moi plutôt, ce que tu fabriquais, en dehors des dortoirs ? C’est quoi ton petit nom …déjà ? »

Pas comme si j’avais plus de 500 prénoms à retenir hein, et encore heureux que je ne connaisse pas tous les prénoms, mais je retiens facilement les visages, malheureusement pour certains. Un geste de baguette, je tire une geste et lui fait signe de s’asseoir dessus, il a plutôt intérêt à le faire d’ailleurs, s’il ne veut pas subit ma colère, il sait pertinemment de quoi je suis capable, ils savent tous de quoi je suis capable et en général ceux qui se frottent à mo, qui font les malins le regrettent très vite, il n’y a qu’à voir avec Andrew, pas d’pitié, et pour personne.



« Parce que si ce n'était pas pour toute la torture, je ne saurai pas être comme ça et faire couler quelqu'un » ► C. AGUILERA
Code by Anarchy



_________________
HOLD YOUR BREATH &COUNT TO TEN
The side effects are sexual and you love the way I say. I'm your favorite drug, you can't break this addiction, no.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jezabel D. Myers
_______________________


avatar


● Messages : 164
● Camps : ODT en fuite
● Situation : Toujours raide dingue de sa soeur qu'il a épousé

Pensine
Pseudo IRL: Kevin
Double comptes: Valafar

MessageSujet: Re: J'ai pas encore fait mon testament (Pv Alec) Ven 12 Oct - 18:17


‘‘J'ai pas encore fait mon testament’’
Si je vous dis que je suis somnambule, vous me croyez ?

C’est bien la première fois que je me fais toper en train de faire une connerie. D’habitude, je suis plus sur mes gardes. Il faut croire que je commence à être trop sûr de moi. Ca m’apprendra. ‘Fin non quoi. Encore, me faire coller par Rogue, c’était pas si terrible que ça. Je suis un Serpentard, donc l’un de ses élèves préférés. Mais j’étais encore plus mal tombé. Alec Pontius était de garde ce soir. J’étais bon pour passé une heure des plus terribles. Une heure hein ? Pas plus ? Rusard n’a rien dit. P*tain, mais il s’est cassé ce con de Rusard et je me retrouve tout seul avec Pontius. D’habitude ce nom ne me déplait pas tellement. Oui mais seulement quand il s’agit de la Miss Pontius avec qui j’ai pris l’habitude de passer de bons moments. Son frangin est beaucoup moins commode. Rien que le regard qu’il me lance. Aller tiens, si je fixais le bureau ou encore le sol. Pas le plafond, il croirait que je me fous de sa tête. Va pour le sol, ça vaut mieux comme ça. Et en plus, en tentant de me trouver une excuse - comme si j’en avais une de bonne -, je viens de me griller d’avantage. J’ai encore perdu l’occasion de fermer ma bouche. Bon, l’autre débile a dit que je suis un dur à cuire, il pouvait pas faire mieux pour me foutre dans le pétrin.

Mon regard remonte une nouvelle fois sur lui, quand il me parle. ‘Fin quand il me demande si je lui ai parlé. Je ferme ma tronche cette fois-ci, c’est pas le moment que je m’enterre d’avantage. C’est ensuite la porte qui attire mon attention, puis sa baguette et re-la porte qui s’est verrouillée. Et merde, je peux même pas me barrer. Il pose les questions qu’il faut. Celles auxquelles j’ai pas eu le temps d’inventer un truc qui tient la route. ‘Fin pour l’une d’elle. Celle concernant mon identité, ça va aller. C’est dans mes cordes de pouvoir y répondre.

« Insomnie, clope et pause pipi … Jezabel Myers … M’sieur … »

Je me vois mal lui dire que je viens de dehors. Que je ne comptais pas sortir, mais qu’au contraire je rentrais d’une soirée. Je suis peut-être courageux, mais pas non plus suicidaire. Et dans mon excuse, aussi bidon soit-elle, j’y ai mis de la vérité, surtout concernant l’insomnie et la clope. Pour la pause pipi, j’ai rien trouvé de mieux. Mais j’ai tout de même fait preuve de politesse, il pourrait passer l’éponge … Et merde … Il remue sa baguette … Là, je dois dire que je suis pas vraiment rassuré, d’autant plus qu’une chaise s’est avancée vers moi, du bon vouloir de Pontius. Je la regarde un instant, non pas comme si elle m’invitait dans un resto’ chinois, mais plutôt étonné. Comme je n’ai pas d’autre choix, je m’y assois, malheureusement. Le pire c’est qu’il ne trouve rien de mieux que de me fixer, faisant augmenter le mal aise. *Regarde ailleurs Jezi.* Je me répétais ça pour éviter, justement, de le fixer à mon tour. Généralement c’est ce que je fais de mieux, mais quand je sens que ça tourne au grain, je sais ravaler ma saleté de fierté et encore heureux. ‘Fin, Pontius fait partie des deux personnes à qui j’évite de ternir tête, l’autre étant le Maitre des Potions.

Le silence s’installe et en le regardant, il donne l’impression de réfléchir. Je me demande pas vraiment à quoi, j’imagine qu’il met au point le truc le plus sadique du monde rien que pour moi …
Shtoum (c)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
D. Alec-Ivy P.-Henderson
_______________________


avatar

....
● Messages : 1781
● Camps : Ordre des ténèbres, le mal domine.
● Situation : Marié avec Liam, le plus beau des hommes, trois enfants. ♥
● Activitées : Sans emploi, prisonnier à Azkaban.

Pensine
Pseudo IRL: Morphée.
Double comptes: //

MessageSujet: Re: J'ai pas encore fait mon testament (Pv Alec) Ven 12 Oct - 18:42

your bluff time is up
Jezy & Ivy


Moi qui croyait que j’allais pouvoir enfin rentrer et me glisser sous les draps avec l’homme de ma vie, et bien non, il faut qu’un crétin en plus me fasse perdre le plus clair de mon temps, surtout que là ça m’énerve encore plus. Je l’observe, en silence avant de lui poser des questions, au moins il ne me répond pas, c’est déjà une bonne chose, au moins je n’ai pas à m’énerver, et il a bien vu qu’il n’a pas d’autres choix que de me parler de manière courtoise ainsi que de répondre, tout ce que je veux, c’est de la discipline, l’ordre viendra après. Il me dit alors ce qu’il fabriquait dehors, j’incline légèrement la tête, me mordant la lèvre, pas vraiment convaincu. J’ai tellement croisé de menteur, à force de mentir à a peu près tout le monde, on sait très vite remarquer les cachotiers. Il me dit alors son prénom et son nom. Je fronce les sourcils, mon regard s’assombrissant un peu plus, redressant ma tête, le fixant un peu plus. Alors, c’est lui ? Le fils de mon père ? Il avait gaffé en disant simplement « Jez » et le seul que j’ai croisé aujourd’hui commence par « Jez » alors là, si c’est pas du hasard.

« Cheveux décoiffés, braguette mal fermé, puis cette odeur…on dirait que c’est plus qu’une pause clope et pipi dis voir. J’espère que c’était bon. »

Dis-je en souriant en coin, de manière assez mauvaise et encore moins rassurante, l’observant. Evidemment, moi aussi le soir je m’échappais pour passer du bon temps, mais je restais toujours dans Poudlard, c’était plus excitant à l’idée de se faire prendre ou même de s’arrêter en plein milieu et de fuir à cause de Miss Teigne, j’étais élève aussi, et si c’est bien le fils de mon père, cela ne m’étonnerait même encore moins, sachant que les Pontius ont une libido très élevée, ce sang là coulant dans ses veines, cela revient au même. Je l’observe ensuite s’asseoir sur la chaise que j’ai rapproché de lui, de toute façon il n’avait pas le choix de s’asseoir sinon je le forçais à le faire et s’il fait le moindre faux pas il risquerait de passer un sale quart d’heure. Je sens son mal aise, tant mieux, au moins ce soir je n’aurais pas à me fatiguer encore plus. Je reste presque assis sur le bureau, ne le quittant pas des yeux avant de finalement lui ordonner :

« Met-toi torse nu. »

Lui ordonnais-je de manière froide, d’un ton sec et assez autoritaire, montrant qu’il vaut mieux qu’il fasse ce que je lui demande s’il ne veut pas finir comme les autres qui, parfois se rebellent encore, mais qu’importe, je leur ferais manger le sol jusqu’à ce qu’ils comprennent à qui ils ont affaire et qu’il ne vaut mieux pas me chauffer parce que dans le genre aimable, il y a mieux. Je me détache ensuite du bureau et m’approche de lui, puis redresse son visage le faisant me regarder, resserrant mes doigts autour de sa mâchoire, l’observant.

« Et ne me fait pas attendre, ma patience a des limites. »

Je me redresse, lâchant sa mâchoire puis me recule, gardant une certaine distance entre lui et moi, sachant que oui, j’ai une limite d’approche, et quand on est trop prêt de moi, je prends sa comme une menace, sauf quand il s’agit des gens en qui j’ai confiance, évidemment mais lui, étant à Serpentard et ayant une gueule de filou, quelque chose me dit que s’il veut me faire des coups bas, il n’hésiterait pas, et Dieu seul sait combien j’ai fermé les yeux sur certaines de ses conneries, combien de fois je l’ai couvert même s’il sait que si on joue au con avec moi, je joue au con avec la même personne. Je suis stressé et à la fois angoissé, il lui ressemble tellement …rien que l’expression du visage, rien que les gestes, lui, le fils de mon père.



« Parce que si ce n'était pas pour toute la torture, je ne saurai pas être comme ça et faire couler quelqu'un » ► C. AGUILERA
Code by Anarchy



_________________
HOLD YOUR BREATH &COUNT TO TEN
The side effects are sexual and you love the way I say. I'm your favorite drug, you can't break this addiction, no.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jezabel D. Myers
_______________________


avatar


● Messages : 164
● Camps : ODT en fuite
● Situation : Toujours raide dingue de sa soeur qu'il a épousé

Pensine
Pseudo IRL: Kevin
Double comptes: Valafar

MessageSujet: Re: J'ai pas encore fait mon testament (Pv Alec) Ven 12 Oct - 19:15


‘‘J'ai pas encore fait mon testament’’
Si je vous dis que je suis somnambule, vous me croyez ?

D’habitude Pontius me passe toutes mes conneries. Il m’a même couvert une fois devant Rogue. Rogue qui fait peur à tout le monde pourtant. Mais là, il semblerait que ça ne soit pas la bonne soirée pour le chercher, ni même pour espérer un peu d’indulgence de sa part. Alors je fais profil bas, j’oublie ma fierté quelques instants et je fais même preuve de courtoisie à son égard, bien que je lui ai servi un bon gros mensonge auquel il n’adhère pas du tout. Je le vois rien qu’à sa façon de me regarder. Pourtant, sur le moment, il n’a pas l’air menaçant. Plutôt amusé de me voir m’enfoncer pour m’en sortir. Ce n’est que quand je lui révèle mon nom et prénom, que son visage change. Je n’y comprends plus rien du tout. J’avoue que là, il est limite flippant. Non carrément flippant ouais. Il parle à nouveau, énumérant les quelques points qui ne vont pas du tout. Discrètement, je remonte ma braguette mal refermée, ça c’est gênant. C’est limite si ma chemise n’en dépassait pas en plus. L’air con. Mais le sourire qu’il affiche, n’a rien de rassurant. Au contraire, il semble sur le point de me sauter à la gorge même. Honnêtement, je ne sais même pas si je dois ou non lui répondre. Note pour plus tard : éviter le Pontius Masculin comme la peste. Pour ne pas empirer mon cas, je me la ferme à la place de sortir une connerie.

Sur la chaise, je le regarde, attendant la suite. Pas avec impatience, ça je peux vous le dire. Je préférais faire un petit retour dans le passé, quitte à assommer l’autre cinglé de Rusard pour qu’il ne m’attrape pas. ‘Fin tout sauf revenir ici. Là, je me rend compte que Pontius me fixe encore, avant de m’ordonner de me mettre torse nu. Je m’attendais à tout, sauf à ça et la surprise devait se lire sur mon visage.

« Pardon ? »

Je ne vois pas trop où il veut en venir et je n’arrive même pas à imaginer quelle sorte de sentence il me réserve. Je suis plutôt retissent à obéir, alors que depuis le départ, je faisais profil bas. Mais je n’ai pas vraiment le choix, puisqu’il se montre de plus en plus impatient, surtout lorsqu’il s’approche et m’attrape brutalement par la mâchoire. Mon regard plonge alors dans le sien, le soutenant pendant quelques instants. Jusqu’à ce qu’il me relâche et ne recule de quelques pas. Je crois bien que je n’ai pas d’autres choix que de faire ce qu’il dit. ‘Fin met toi torse nu, c’est déjà mieux que baisse ton froc. Je finis par me relever, sachant que je dois enlever ma cape de Serpentard. Je prends tout mon temps, espérant qu’il finisse par changer d’avis. Une fois la cape posée sur la chaise, je tire sur ma chemise, pour que le morceau qui se trouve dans mon pantalon en sorte. J’ouvre ensuite les boutons, un à un, et lentement. Je crois que c’est la première fois que je vire mes fringues aussi doucement. S’il y avait un prix pour la lenteur, à ce moment là je le remporterais. En croisant son regard, voyant qu’il commence à bouillir sur place, je finis par retirer ma chemise. Je ne sais pas où il veut en venir, mais ça me dit rien qui vaille.

« C’est bon, j’ai compris la leçon, je ne quitterais plus le château … »

‘Fin quand il sera de garde, je ne quitterais plus Poudlard. Mais quand il ne sera pas là, je ne me gênerais pas pour recommencer.
Shtoum (c)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
D. Alec-Ivy P.-Henderson
_______________________


avatar

....
● Messages : 1781
● Camps : Ordre des ténèbres, le mal domine.
● Situation : Marié avec Liam, le plus beau des hommes, trois enfants. ♥
● Activitées : Sans emploi, prisonnier à Azkaban.

Pensine
Pseudo IRL: Morphée.
Double comptes: //

MessageSujet: Re: J'ai pas encore fait mon testament (Pv Alec) Ven 12 Oct - 20:00

your bluff time is up
Jezy & Ivy


Pas de remarque désobligeante, dis donc …il a été éduqué à la bonne école ce gamin. Il me plait. Je l’aime bien. Même si je sais que finalement, l’idée de le porter dans mon cœur et de fermer les yeux sur toutes ses conneries vont changer, Jezabel …comme « Jez » et puis, je dois vérifier un dernier point, avant d’être sûr qu’il soit le fils de mon horrible père. Je le vois bien retissant à l’idée de se mettre torse nu, mais je lui fais comprendre que de toute façon il n’a pas le choix de le faire, s’il ne veut pas se manger un Doloris sans les dents, surtout que ce soir c’est gratuit. Je l’observe ensuite se déshabiller, c’est limite si je ne me fais pas passer pour un pervers, mais mon but n’est pas non plus de me rincer l’œil, même s’il n’est pas désagréable à regarder, Liam reste de loin le meilleur, mon but est de savoir s’il appartient à notre famille ou non.

Je perds limite patience, il prend tellement son temps, je le fixe, serrant les dents, je le fixe tellement que je cherche à le mettre mal à l’aise, je veux lire cette gêne dans ses yeux ou même sur son visage même si je la vois déjà assez, même si je vois sa peur. Mieux vaut être craint qu’être aimé. Je l’observe, mordant lentement ma lèvre inférieur, non pas qu’il me fait de l’effet hein, je suis juste entrain de chercher ce que tous les Pontius ont, puis je vois, cette tâche de naissance que l’on a en commun. Je me stoppe, net et relève les yeux vers lui. Alors, c’est lui ? C’est lui ce crétin qui me détrônera certainement un jour ? Chacun son tour, je prendrais la place à papa, et lui prendra ma place, espérons que non. Je l’observe, mon regard s’assombrissant, du moins si c’est possible. J’ai envie de lui faire manger le sol, j’ai envie qu’il fasse connaissance avec le mur ou même, qu’il apprenne à voler de haut.

« Ne plus quitter le château ? Oh parce que tes petites affaires, en plus de cela, tu les as faites …hors Poudlard ? Bravo, je te félicite. »

Dis-je sèchement puis je l’attrape par le cou avant de le plaquer rapidement contre le sol, laissant mes doigts autour de son cou, plongeant mon regard dans le sien, serrant les dents. J’ai peur, oui, j’ai peur qu’il prenne ma place, même si mon père m’a dit que jamais son fils ne prendra ma place, qu’il n’y a ‘aucune préférence’, je t’en foutrais, il passera plus de temps avec lui, il lui donnera de l’amour paternel que je n’ai jamais reçu, lui, il en aura, moi je peux m’asseoir dessus.

« Comment ai-je pu passer à côté…tu lui ressembles tellement. »

Dis-je d’un air mauvais, mais je pense que je vais laisser le plaisir à notre père de lui annoncer la nouvelle tiens, oh et je pense que j’en ferais de même à Athénaïs lui disant que ce minable n’est rien d’autre que notre ‘demi-frère’ hors, je ne le considérerais jamais comme ça, c’est le fils de mon père un point c’est tout. Je suis tellement en colère que je serais capable de tout lui balancer, que son père n’est qu’un enfoiré de première et que je suis son frère, que je le déteste et que …non, en fait, je pense que l’on va en rester là. Je me redresse et l’aide à en faire de même, essayant de me calmer aussi.

« Rhabille-toi, et dégage. Si je te vois trainer cette fois je ne ferais pas comme si de rien n’était, entendu Myers ? »

Lui dis-je d’un air mauvais avant de déverrouiller la porte puis je m’assois sur une chaise à mon tour, près du bureau et dépose mes pieds sur la table, croisant mes bras, ne lui adressant plus la moindre attention, non, aucune même, c’est trop d’un coup. La réconciliation avec papa, cette nouvelle et ce secret que j’ai avec lui, le fait que Jezabel existe, et je ne peux pas le garder tout seul mais je suis sûr que s’il me l’a dit c’est parce qu’il a confiance en moi, alors je ne dirais rien, juste à Liam qui de toute façon est un journal intime à lui tout seul. Il connait absolument tout de moi, oui, vraiment tout. Je suis à nouveau perdu. Je ne sais pas comment agir avec lui, avec ce garçon que j’avais plus ou moins pris sous mon aile. Même s’il fait des conneries, comme tous les jeunes, c’est quelqu’un d’attachant, normal, il me ressemble niveau caractère que je ne peux m’entendre que très bien avec lui.

« Putain … »



« Parce que si ce n'était pas pour toute la torture, je ne saurai pas être comme ça et faire couler quelqu'un » ► C. AGUILERA
Code by Anarchy



_________________
HOLD YOUR BREATH &COUNT TO TEN
The side effects are sexual and you love the way I say. I'm your favorite drug, you can't break this addiction, no.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jezabel D. Myers
_______________________


avatar


● Messages : 164
● Camps : ODT en fuite
● Situation : Toujours raide dingue de sa soeur qu'il a épousé

Pensine
Pseudo IRL: Kevin
Double comptes: Valafar

MessageSujet: Re: J'ai pas encore fait mon testament (Pv Alec) Lun 15 Oct - 12:45


‘‘J'ai pas encore fait mon testament’’
Si je vous dis que je suis somnambule, vous me croyez ?

Me mettre torse-nu semblait être une épreuve plus que difficile pour moi. Pourtant, quelques instants plus tôt, avec la jolie fille, je n’étais pas contre. Mais le contexte n’était pas le même. Là, je me trouvais avec Alex Pontius, alors j’étais bien réticent à la quitter ma chemise. Je me doutais bien qu’il était en rogne devant ma soudaine lenteur à obéir, mais qu’importe. J’espérais que quelqu’un entre dans la salle et fasse cesser mon périple. Mais je n’ai pas eu cette chance et arrivé au dernier bouton, j’ai bien été obligé de l’enlever cette maudite chemise. Je ne pris pas la peine de répondre à ses félicitations faussées. En temps normal, je n’aurai pas hésité à balancer une connerie. Mais là, je voyais que c’était pas le moment de le titiller. D’ailleurs, mon point de vue sur lui a changé. Je l’aimais bien, c’est vrai. J’étais l’un des rares à le trouver sympa. Bah je peux vous certifier que c’est bel et bien terminé. A partir de maintenant, je vais l’éviter comme tous les autres le font. Surtout que … sans qu’il ne me laisse le temps de dire quoique se soit, le voilà qui m’attrape par le cou pour me balancer par terre. Il me tient toujours, restant au-dessus de moi. Je due lutter contre moi-même pour étouffer un gémissement de douleur. Maintenant je sais ce que les catcheurs, à la télé, ressentent quand ils se prennent un Chokeslam par l’Undertaker. Je soutenais le regard de Pontius, n’y comprenant plus rien quand il se mit à parler. A qui puis-je bien ressembler ? C’est quoi son problème ce soir ? Je lui ai rien fait à ce mec, il a péter un boulon ma parole. Le pire c’est qu’il resserrait tellement ses doigts autour de mon cou, qu’il m’était impossible de dire quoique se soit. J’avais ramené mes mains sur son poignet, tentant de le faire lâcher prise. Puis d’un coup, sans que je m’y attende, il se releva, m’aidant à en faire de même. Il faut le suivre le gaillard et même s’il était agressif et violent, je voulais comprendre ce qu’il avait à me reprocher.

« Mais bordel c’est quoi ton problème ? »

C’est sûr que sur le coup, j’avais oublié tout respect et politesse, mais qu’est-ce que vous voulez. Quand vous vous faites agresser comme ça, vous ne réfléchissez plus de la même manière. Mon regard se posa sur la porte, quand celle-ci se déverrouilla. J’avais enfilé ma chemise, en la boutonnant de moitié et j’avais attrapa ma cape prêt à partir. J’étais déboussolé, surtout que ce mec me servait de figure paternelle sans le savoir. J’ai jamais eu de père et je m’étais attaché à lui. Alors avant de franchir la porte pour ne plus revenir, je m’étais retourné l’observant un instant.

« A qui je ressemble ? »

Je restais sans réponse à ma question et ne le voyant pas bouger. Ne me prêtant aucune attention, je décidais enfin de quitter la pièce. Sur le coup, sous la surprise surtout, je ne m’étais pas défendu, mais Pontius perd rien pour attendre. S’il voulait la guerre, il allait l’avoir. Claquant la porte tellement fort sur mes pas, que l’encadrement en avait tremblé. Je sais qu’il me fera sûrement regretter ça, mais je m’en tape.

Je m’enfonçais dans les cachots sans prendre le chemin de la salle commune. A la place, je partis m’assoir sur les marches froides de l’escalier tournant, serrant ma cape dans ma main. Généralement je dégaine ma baguette plutôt vite et je ne sais même pas pourquoi je n’avais rien essayé contre ce surveillant. Peut-être parce que je le respectais trop. Enfin ça, maintenant, c’est de l’histoire ancienne. Ruminant ma colère et ma rancoeur, j’étais resté un bon moment à la même place.
Shtoum (c)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
D. Alec-Ivy P.-Henderson
_______________________


avatar

....
● Messages : 1781
● Camps : Ordre des ténèbres, le mal domine.
● Situation : Marié avec Liam, le plus beau des hommes, trois enfants. ♥
● Activitées : Sans emploi, prisonnier à Azkaban.

Pensine
Pseudo IRL: Morphée.
Double comptes: //

MessageSujet: Re: J'ai pas encore fait mon testament (Pv Alec) Mar 16 Oct - 17:33

your bluff time is up
Jezy & Ivy


Aucune courtoisie, ni rien. Cela me blesse, enfin je veux dire, cela me dérange. Moi qui aimait bien ce type, moi qui fermait les yeux sur ses coups bas et encore, quand il s’échappait et bien là, là je l’ai dans les fesses. Faire du favoritisme, c’est mal et forcément quand nous sommes gentils avec certaines personnes, on nous remercie de cette manière là. Je n’avais pas contrôlé cette pulsion, c’est tout de même mon demi-frère. J’ai découvert que j’en avais un il n’y a pas longtemps, j’ai su aussi, je l’ai lu dans son regard que celui-ci, il comptera dessus et m’abandonnera finalement. Cela me fait mal, énormément mal. Ceux qui pensent que, si parce que je suis avec un homme c’est qu’il me manque au fond l’amour d’un père, c’est faux. Je vois en Liam certes le père que je n’ai jamais eu, il me donne de l’amour, ce dont j’avais besoin et que je n’ai jamais reçu d’un homme …mais Liam me comble, il me montre une autre vision de la vie, il me rend heureux plus que jamais, je me sens fort, il me donne confiance en moi.

Je lui dis qu’il lui ressemble, c’est vrai que physiquement il y a une ressemblance quasiment frappante, comment ai-je pu passer à côté de sa ? Trop aveugle certainement, par la personne respectable qu’est mon père. Il n’a de respect pour personne et encore moins de lui-même, je ne juge pas mon père, je constate simplement. Je ne comprends pas mon père, je ne comprends pas ses adultères, et je pense que, malgré tout, je ne comprendrais jamais.

Je ne lui réponds pas, je ne prends même pas la peine d’y faire réellement attention, cela rentre d’une oreille et cela sort d’une autre, je pense qu’il vaut mieux que j’ignore, je ne veux pas le lui dire, je veux laisser l’opportunité à mon cher père de le faire. Je l’entends partir, je suis rassuré qu’il n’ait pas insisté, à dire vrai, je n’en avais pas envie et je l’aurais carrément envoyé bouler digne de moi. Je tourne la tête vers la porte quand celle-ci claque, laissant un bourdonnement dans mes oreilles puis je relève les yeux et lâche un long soupire. Je vérifie l’heure puis je me lève ensuite, rangeant les chaises convenablement, prenant mes affaires et je sors, refermant la porte derrière moi. Je pense que je vais rentrer, je suis épuisé et j’ai qu’une envie c’est de retrouver mon lit et laisser Morphée m’envelopper de ses bras et me bercer.

Je m’apprête à descendre les escaliers en colimaçon mais je trouve alors Jezabel. Je fronce les sourcils, l’observant avant de lâcher un long soupire, l’observant mais je ne lui dis rien, je me contente simplement de le regarder, je crois qu’un regard en général en dit plus que des paroles, surtout venant de moi, mais sa, peu de personnes peuvent le comprendre quand on ne me connait pas. Je le détourne mais le relève bien vite, un peu nerveux avant de finalement m’asseoir à côté de lui, tant pis, mon lit attendra pour plus tard.

« J’ai des problèmes ces temps-ci, et j’ai eu une sale journée, crois-moi que la seule chose que j’ai envie de faire c’est d’aller me coucher. Tu devrais en faire de même, je pense que ce serait plus sage, non ? Enfin, remarque, étant de Serpentard, je pense que tu t’en fous éperdument de la tronche que demain matin tu auras. »

Lui dis-je en lui affichant un petit sourire, j’étais resté calme et plutôt discret, je pense qu’avec la frayeur que je lui ai fais, j’ai vidé le reste de mon énergie pour ce soir, alors m’emporter je ne pourrais pas, même si la guerre éclatera, là, sa sera des efforts sur humain, une question de survie. Je dépose le livre que j’ai en main sur mes jambes, remettant bien mieux ma robe de sorcier avant de regarder ailleurs.




« Parce que si ce n'était pas pour toute la torture, je ne saurai pas être comme ça et faire couler quelqu'un » ► C. AGUILERA
Code by Anarchy


_________________
HOLD YOUR BREATH &COUNT TO TEN
The side effects are sexual and you love the way I say. I'm your favorite drug, you can't break this addiction, no.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jezabel D. Myers
_______________________


avatar


● Messages : 164
● Camps : ODT en fuite
● Situation : Toujours raide dingue de sa soeur qu'il a épousé

Pensine
Pseudo IRL: Kevin
Double comptes: Valafar

MessageSujet: Re: J'ai pas encore fait mon testament (Pv Alec) Mar 16 Oct - 19:02


‘‘J'ai pas encore fait mon testament’’
Si je vous dis que je suis somnambule, vous me croyez ?

Ce n’était pas une très bonne journée, ça je peux bien l’avouer. Je perdais tout, comme toujours. C’est pour ça que je fais de mon mieux pour être exécrable aux yeux des autres. Pour qu’ils ne m’approchent pas. Qu’ils n’essayent pas de me connaitre. T’façon, dés que je m’attache à quelqu’un, il se passe un truc qui fout tout en l’air. Le pire, c’est qu’à chaque fois, je n’y suis pour rien. Bon ce n’est pas comme si Pontius ne m’avait jamais chopé en train de faire une connerie. Je fais que ça des conneries. Je les accumule bien plus que les bonnes notes je dois dire. ‘Fin je m’en fous dans le fond. A quoi bon être un élève studieux, si c’est pour que personne ne soit fier ? Parce que moi, je n’ai personne à rendre fier. Je me laisse aller. Si je suis à Poudlard, c’est parce que je sais pas quoi faire. Sinon, croyez-moi, ça ferait un moment que j’aurai tout plaqué. Je voulais tout plaqué à la fin de l’année scolaire passée. Drago s’en allait et il est de loin, le seul véritable ami que j’ai. Mais il a réussi à me convaincre de rester. Pourquoi je l’ai écouté ? J’aurai mieux fait de faire le tour du globe comme je l’avais prévu. Au moins là, je n’aurai pas eu cette vie de merde à affronter. ‘Fin, ce qui est fait, est fait malheureusement.

Un peu trop remonté pour aller dans la salle commune, j’étais resté dans les escaliers. Je pensais enfin être seul, mais j’avais oublié que Pontius, contrairement à beaucoup de professeurs et surveillants, ne créchait pas dans le château. Alors devinez un peu qui se retrouve à nouveau en face de moi. En croisant son regard, je soupire d’exaspération et me met à regarder ailleurs. Je sais que je vais encore me faire engueuler. Je le sens venir et pourtant … il s’assoit à côté de moi. Alors là, je commence à croire qu’il manigance encore une vacherie, je me méfie donc, mais je l’écoute tout de même. Je jette même un regard dans sa direction, le voyant sourire. Là, c’est à n’y rien comprendre. Non mais carrément, je suis largué comme jamais je l’ai été.

« Tout le monde dit que vous êtes un sale con. Mais moi je vous aimais bien. »

Mais ça, c’était avant ! Non là, je crois que j’arriverai pas à lui pardonner. De toute façon, il doit s’en taper, mais grave. Après tout, je ne suis qu’un élève parmi tant d’autres. Je me suis trompé quand je pensais qu’il m’appréciait. Ca m’apprendra tien.

« Si c’est vrai … je vous aimais bien. »

Je tourne alors la tête vers lui, le voyant regarder ailleurs. Avec ce qu’il m’a fait, il a plutôt intérêt à écouter, non mais oh. Manquerait plus qu’il se taille en plus de ça. Je finis par soupirer, ne le voyant pas vraiment réagir.

« J’ai pas eu de père. Vous étiez ma figure paternelle, même si vous êtes loin d’être assez vieux pour être mon père … »

Je laisse un blanc, attendant une réaction de sa part, quelque chose. S’il s’est arrêté là, c’est qu’il a, je l’espère, des regrets. Sinon, il m’aurait encore aboyé dessus pour que je dégage dans mon dortoir. Mais ça n’a pas l’air d’être le cas et je notre qu’il m’a dit qu’il était crevé. Je me mets à croire que ce que je dis ne l’intéresse simplement pas. Détournant le regard, je laisse échapper un nouveau soupire.

« … mais vous avez tout gâché. »

Quoi ? C’est la vérité. Hormis mes conneries quotidiennes, je ne lui avais rien fait à lui. Même que je suis sûr, que j’ai été le plus poli de tout l’établissement, malgré sa mauvaise humeur. Pour une fois, je sais que je n’ai rien à me reprocher. Au moins, quelque part, je suis bien content de savoir que tout n’est pas toujours de ma faute. Je m’appuie sur mes genoux, pour me relever, prêt à partir en salle commune.

« Vous avez raison sur une chose, je vais me coucher. Je voudrai pas me faire coller parce que je me suis endormi en cours. Avec ma chance je ferai encore ma colle avec vous. »
Shtoum (c)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
D. Alec-Ivy P.-Henderson
_______________________


avatar

....
● Messages : 1781
● Camps : Ordre des ténèbres, le mal domine.
● Situation : Marié avec Liam, le plus beau des hommes, trois enfants. ♥
● Activitées : Sans emploi, prisonnier à Azkaban.

Pensine
Pseudo IRL: Morphée.
Double comptes: //

MessageSujet: Re: J'ai pas encore fait mon testament (Pv Alec) Mar 16 Oct - 19:36

your bluff time is up
Jezy & Ivy


Oui, je m’en voulais, mais si je lui disais, il le comprendrait peut-être. Ce n’est pas facile pour moi d’encaisser encore sa, j’ai tellement encaissé de la part de mon père, et là c’est un lourd secret que je garde pour moi. Ni ma mère, ni Athénaïs ne le savent, personne …sauf lui, et moi. Je m’assois à ses côtés, pour une fois que j’ai des regrets, pour une fois que je veux me rendre aimable après avoir sûrement effrayé la personne, bien voilà, cela me retombe dessus. Enfin je le savais de ce que pense les gens de moi et à vrai dire, je m’en fiche éperdument, mais je ne comprends pas « je vous aimais bien » parce que, maintenant c’est fini ? Je ne dis rien, déglutissant difficilement, me contentant de regarder ailleurs, fixant le sol avant de serrer les dents face à ce qu’il dit. Je prends une énorme gifle en pleine figure, alors là …si je l’avais su. Je tourne la tête vers lui quand il finit sa phrase mais il a détourné son regard. Je me sens mal, encore plus mal que si mon père m’a dit que j’avais, au final, cinq frères et sœurs.

« Et tout s’arrête là, parce que je t’ai effrayé ? »

J’ai du mal à être calme, j’ai envie de lui dire, de me jeter sur lui, de lui dire que son père n’est qu’un con qui m’a fait souffrir toute mon adolescence, que j’ai cherché, moi, l’attention, l’amour d’un père car mon père m’a ‘abandonné’ en voyant que je me rebellais, car …car je croyais que, finalement, mon père n’avait d’amour que pour sa propre personne, parce que je croyais qu’il ne m’aimait pas et que, tout ce qu’il voulait c’est faire une copie conforme, il a réussi, indirectement. Je me suis débrouillé seul tôt, je manquais de cette affection, j’avais besoin de cet amour, je ressens un énorme vide …est-ce pour sa, que je suis aussi mauvais ?

Je l’observe se lever ensuite puis il me parle à nouveau avant de me lancer un autre pic en pleine figure. Je ne sais pas comment réagir, je suis partagé entre les remords, la tristesse, la colère. Un tel mélange provoque en moi une sensation tellement étrange et tellement désagréable. Je me redresse à mon tour l’observant, je suis fatigué, c’est dur de recevoir tout sa d’un coup, je sais que je devrais attendre à demain pour en parler à Liam…l’alcool, est sûrement mon meilleur ami pour ce soir ? Je l’observe, serrant les dents puis prend sur moi et le stoppe avant de le faire se tourner face à moi.

« Moi aussi, j’éprouve un vide en moi malgré que j’avais mon père à mes côtés…je…je l’idolâtrais, jusqu’au jour où je me suis rendu compte que tout ce qu’il voulait c’était me modeler à son image et cela s’est empiré quand j’ai dis à mes parents que j’étais avec ton gentil professeur de Sortilèges. J’avais besoin de lui, il ne l’a jamais vu jusqu’à aujourd’hui, il y a peu de temps où l’on s’est expliqué. J’ai vu à quel point il tenait à moi, à quel point il m’aimait …et tu sais de quoi j’ai peur ? J’ai peur que ce ne soit qu’un moment de trêve avant la bataille finale. J’aurais aimé avoir une relation soudée avec mon père, j’aurais aimé avoir un père comme tous les autres enfants mais je sais que c’est impossible. »

Dis-je en sentant une boule dans ma gorge se former, sentant les larmes me monter aux yeux mais je ravale tout, je ne sais pas pourquoi je lui dis sa, peut-être parce que …parce que finalement, je suis attaché à lui ? Peut-être parce que je cherche du réconfort ? Un soutien ? Je ne sais pas…mais au fond de moi, je n’ai pas envie qu’il se mette à me détester comme les autres. Je pose le livre sur le sol et l’observe.

« Je vais te montrer quelque chose … »

Je retire ma cape puis ma robe de sorcier avant de relever mon haut laissant apparaitre la tâche de naissance, au même endroit que la sienne et l’observe, souriant en coin, que très peu amusé d’ailleurs.

« On ne peut renier notre famille, on aura beau fuir et vouloir changer de nom, on a la marque de fabrique. »

J’abaisse ensuite mon haut et me rhabille convenablement. Je ne voulais pas lui dire, mais je ne pouvais pas faire comme si de rien n’était, me laisser piétiner comme ça, mais là oui, je crois qu’un bon verre de whisky pur feu ne sera pas de refus, oh même plus qu’un verre. Je reprends ensuite mon livre puis tourne les talons, serrant les dents, quand même blessé. Je me fais détruire par ma famille, je m’en reçois en pleine figure quand j’ai décidé de m’ouvrir ne serait-ce qu’un peu et je me fais planter un couteau en plein cœur ? Il n’y a pas de doute, je ne veux plus avoir affaire à eux, j’ai peur de frôler ne serait-ce que mon père ou lui, ou Athénaïs ? La seule personne qui ne m’a jamais fait de mal, c’est bien Liam. Je m’arrête de marcher et me tourne vers lui.

« Cela restera entre nous. »

Je ne lui lance pas de sourire, qu’un simple regard avant d’appeler Cheshire qui se ramène rapidement, observe ma boule de poils noire et me penche lui faisant une petite caresse puis je lui fais signe de me suivre, vérifiant quand même avant si aucun élève ne traine dans les couloirs, après cela, je rentrerais chez moi et je noierais mes peines et mon désespoir dans un verre d’alcool, je ne sais plus comment agir avec ma famille ou …je dirais même ma « famille ».




« Parce que si ce n'était pas pour toute la torture, je ne saurai pas être comme ça et faire couler quelqu'un » ► C. AGUILERA
Code by Anarchy


_________________
HOLD YOUR BREATH &COUNT TO TEN
The side effects are sexual and you love the way I say. I'm your favorite drug, you can't break this addiction, no.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jezabel D. Myers
_______________________


avatar


● Messages : 164
● Camps : ODT en fuite
● Situation : Toujours raide dingue de sa soeur qu'il a épousé

Pensine
Pseudo IRL: Kevin
Double comptes: Valafar

MessageSujet: Re: J'ai pas encore fait mon testament (Pv Alec) Mar 16 Oct - 20:08


‘‘J'ai pas encore fait mon testament’’
Si je vous dis que je suis somnambule, vous me croyez ?

Ma plus grande peur c’est d’être seul et pourtant, je la vis chaque jour. La solitude m’envahie toujours. Je ne peux même pas la combattre. Et là, je m’étais attaché à ce surveillant. Je ne sais pas pourquoi en fait. Ce n’est pas parce qu’il me passait toutes mes conneries. Quelque chose de spécial nous unissait, même si je n’ai jamais su ce que c’était. Alors oui, j’étais déçu, vexé, blessé et sûrement plus humilié que je n’aurai voulu l’être. Je vidais mon sac, sachant que j’aurai dû attendre le lendemain, puisque la nuit porte toujours conseil. Je pense que dans le fond, je parlais surtout à cause de la colère, mais sa réaction m’étonna. Comme si ce que je pensais de lui comptait. Mais je ne voulais pas réfléchir, non pas ce soir. J’étais bien trop fatigué et sur les nerfs, pour avoir une réflexion normale. Je préférais m’en aller et regagner mon lit, jusqu’à ce qu’il ne m’arrête et me tourne face à lui. Je pensais que j’allais m’en prendre une pour lui avoir parlé comme ça, mais à la place, il me parla de son père et de leur relation loin d’être envieuse. Je ne comprenais pas pourquoi il me disait tout ça. Me sentant mal pour lui, je déglutie, incapable de lui répondre quoique se soit. Mon regard avait changé, c’est certain. Même si je faisais tout pour ne pas le montrer, j’étais plutôt compatissant envers lui. Peut-être aussi triste pour lui. Pourquoi ? Bah j’en sais rien en plus. Après ce qu’il s’est passé, je ne devrai pas me sentir aussi mal. Je ne comprenais plus rien. Ma vision des choses n’était pas la bonne. Il souffrait aussi et ça expliquait sûrement son comportement. Quand il me parla à nouveau, je fis un signe positif de la tête, le regardant se déshabiller. Je craignais que quelqu’un ne passe à ce moment là. Ca serait un risque pour tous les deux. Mais aussitôt, cette crainte s’en alla quand mes yeux se posèrent sur sa tâche de naissance. La bouche entrouverte, faisant un pas en arrière, c’était comme si le ciel me tombait sur la tête. Je n’avais pas été capable de sortir un mot. A la place, j’étais restée là, comme ça, sans même bouger. Je le regardais partir, une boule se formant dans ma gorge. Qu’est-ce que ça voulait dire ? Si je m’en fiais à mon instinct, je me dirai que c’est mon frère. Sans le vouloir, j’en avais les larmes aux yeux. Je me suis toujours cru seul au monde. J’ai toujours pensé que je ne comptais pour personne. Le regardant partir, j’étais incapable de faire le moindre geste jusqu’à ce qu’il se retourne, me disant de garder ça pour moi. Il n’a pas le droit. Non, il n’a pas le droit de me balancer ça comme ça et de partir. Il n’a pas le droit de m’abandonner lui aussi.

« S’il te plait attends. »

Pressant le pas, je m’étais dépêché de le rattraper, saisissant son poignet dans ma main, pour qu’il s’arrête de marcher. Je ne savais pas quoi lui dire, ni même quoi faire. Je me sentais tout petit d’un coup à côté de .. à côté de mon grand frère. Me plaçant devant lui, pour lui barrer la route, je sentais cette boule qui voulait m’empêcher de parler, sans compter ses saletés de larmes qui menaçaient de couler. Ne pouvant rien dire, je le pris dans mes bras. Sans doute que j’allais regretter ce geste, qu’il me repousserait parce qu’il ne me considère pas de sa famille, je n’en savais rien, mais j’avais besoin de lui dire.

« Me laisse pas, s’il te plait … Tout le monde m’abandonne, je n’ai pas de famille. J’ai besoin de toi .. j’ai besoin de mon .. de mon frère. »

Si quelqu’un venait à passer, il y aurait vraiment de quoi se poser des questions sur notre santé mentale et sur ce qu’on fabriquait tous les deux. Mais à cette heure-ci, il doit y avoir peu de personnes dans les couloirs. Une chance pour nous.

« Je garderai le secret, j’te promets .. Mais laisse-moi une chance, tu ne le regretteras pas. Je peux être un bon frère. »
Shtoum (c)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
D. Alec-Ivy P.-Henderson
_______________________


avatar

....
● Messages : 1781
● Camps : Ordre des ténèbres, le mal domine.
● Situation : Marié avec Liam, le plus beau des hommes, trois enfants. ♥
● Activitées : Sans emploi, prisonnier à Azkaban.

Pensine
Pseudo IRL: Morphée.
Double comptes: //

MessageSujet: Re: J'ai pas encore fait mon testament (Pv Alec) Ven 19 Oct - 21:43

your bluff time is up
Jezy & Ivy


Je ne sais pas ce qu’il m’a prit d’avoir déballé ma vie comme ça, à lui, cet être dont je ne voulais pas considérer comme mon frère, cet être que je considérais simplement comme le fils à mon père et rien de plus et pourtant… et pourtant, je suis entrain de m’accrocher à lui, je me suis accrocher à lui plus je ne le pensais. Je l’aime bien ce p’tit, et le fait qu’il me dise tout cela m’a franchement brisé le cœur, je ne voyais pas sa comme ça. Je ne pensais pas qu’il me considérait de la sorte surtout qu’en général les élèves me détestent, en général ils me font des coups bas quand ils le peuvent qu’importe, on sait que de toute manière, être trop gentil c’est donner le pouvoir aux autres de mieux vous détruire en vous plantant des coups de couteaux dans le dos.

Je lui dis alors de ne le dire à personne, tournant les talons, préférant de toute manière m’en aller. Cela ne sert plus à rien de toute façon de continuer à essayer de se justifier ou autre, puis mon lit m’appelle, j’ai envie de me glisser sous les draps et de m’endormir profondément, faisant le vide dans ma tête, sûrement dormir et ne pas me réveiller à l’heure demain, rester au lit toute la journée. J’ai envie de rester sous les draps, pour toujours et ne plus affronter le monde de dehors, vivre encore cette vie si dure, endosser encore les reproches, les moqueries et j’en passe. Je suis tout simplement fatigué, là je n’ai plus rien de rien juste de dormir.

Je sursaute en sentant quelque chose saisir mon poignet puis je m’arrête de marcher et laisse le gamin se placer devant moi, le suivant du regard tout de même surpris en le voyant faire, l’observant d’un air interrogateur ne comprenant pas trop, ne comprenant en effet pas où il veut en venir, ce qu’il veut faire, quel message il veut me faire passer. Je sursaute légèrement quand il me rend contre lui et laisse mes bras le long de mon corps, avant de glisser mes bras hésitant et gêner autour de lui après un long moment d’hésitation, le serrant contre moi fermant un peu mes yeux, tout de même touché par ses mots, me mordant la lèvre.

« Je …Je ne te laisserais pas … »

J’ai peur de lui, j’ai peur qu’il ne prenne ma place, j’ai peur de finalement le perdre, de perdre vraiment tout le monde et de me retrouver seul, vraiment seul. J’ai peur de perdre mes proches un par un, déjà mon père que j’ai retrouvé mais que je vais reperdre il n’y aucun doute, ma sœur et …et Liam ? Non, je ne veux pas, je ne veux jamais perdre Liam. Je peux perdre tout le monde sauf lui, lui il est ma raison de vivre, il me donne un but dans la vie, il me fait revivre et m’a redonné goût à la vie. J’espère vraiment que personne ne viendra, et là toute ma réputation tombe à l’eau, ce que je ne veux pas. Je me détache ensuite, lui adressant un petit sourire, tout de même plus léger, me sentant quand même mieux.

« J’espère que tu resteras un bon frère… »

Dis-je en sentant ma gorge se serrée, sachant qu’une fois qu’il se trouvera devant notre père il ne pensera plus sa. Je lui adresse un faible sourire puis l’emmène dans la salle où l’on était, plutôt pour discuter malgré l’heure, tant pis pour demain, ce n’est pas tous les jours que cette occasion se montre. Je m’installe ensuite sur le bureau et l’observe.

« J’espère qu’il t’aimera plus qu’il ne m’aime… »

C’est un sujet sensible, ça me fait tellement de mal, ça m’énerve tellement, je n’aime pas en parler mais je sais que de toute manière là je n’ai pas vraiment le choix, je n’ai pas le choix de lui dire qu’il aimerait le voir, qu’il aimerait aussi le connaitre mais que peu de personne ne connaissent son existence à cause de l’Ordre, à cause de cette guerre pour que personne ne s’en prenne à …la plus grande faiblesse de ce crétin ? Je lâche un léger soupire et baisse mes yeux, je n’arriverais pas à lui en parler, je vais fondre en larmes tel un faible, je vais m’énerver, je vais finir dans tous mes états
.



« Parce que si ce n'était pas pour toute la torture, je ne saurai pas être comme ça et faire couler quelqu'un » ► C. AGUILERA
Code by Anarchy



_________________
HOLD YOUR BREATH &COUNT TO TEN
The side effects are sexual and you love the way I say. I'm your favorite drug, you can't break this addiction, no.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jezabel D. Myers
_______________________


avatar


● Messages : 164
● Camps : ODT en fuite
● Situation : Toujours raide dingue de sa soeur qu'il a épousé

Pensine
Pseudo IRL: Kevin
Double comptes: Valafar

MessageSujet: Re: J'ai pas encore fait mon testament (Pv Alec) Mer 24 Oct - 14:13


‘‘J'ai pas encore fait mon testament’’
Si je vous dis que je suis somnambule, vous me croyez ?

Un frère ? Sérieusement ? Je m'attendais à tout sauf à ça. Non moi je n'ai pas de famille, hormis une mère qui me déteste, parce que je suis venue au monde. Elle considère que j'ai entièrement gâché sa vie. 'Fin, si elle ne s'était pas comportée comme une salope, en couchant avec le premier venu, je ne serais peut-être pas là. Et je m'en porterai pas plus mal. A Poudlard, j'ai toujours agi comme le p'tit con de service. Celui qui se fait virer de cours ou qui les sèche. Celui qui fait le mur pour se barrer en dehors du château et ainsi faire la fête. Ou encore celui qui allonge son tableau de chasse chaque nuit. J'agis ainsi pour attirer l'attention sur moi, parce que j'ai personne. Dans le fond, je suis pas son p'tit con qu'on pourrait croire pourri jusqu'à la moelle. J'suis juste un gosse qui n'a pas eu d'affection et qui cherche par tous les moyens à se faire une réputation. Oh je l'ai ma réputation maintenant, faut pas croire. Mais ces dernières semaines, tout ce que je voulais c'était fuir ce château. J'étais pressé que les mois défiles, jusqu'à la fin d'année scolaire. Sauf que maintenant, je revois les choses sur un autre angle. Je ne suis plus seul, j'ai un frère. 'Fin, je sais pas vraiment s'il m'acceptera en tant que tel et s'il me laissera faire parti de sa famille. Mais l'envie de quitter le château ni est plus, puisque lui y travaille.

Sous le choc, complètement chamboulé par tout ça, fallait que je passe au-dessus et que je l'empêche de partir. Je ne veux pas le perdre et ne trouvant pas les mots, je l'ai pris dans mes bras. Il a été le seul à se montrer cool envers moi et je l'apprécie vraiment. Maintenant, c'est sûr que je vais l'apprécier d'avantage, sachant qu'il est mon frère. Il avait mit un moment avant de passer ses bras autour de moi et là, si on nous voyait, on aurait carrément l'air de deux crétins. Mais il me rassura en me disant qu'il ne me laisserait pas. Je peux être quelqu'un de bien si je le veux vraiment, j'en suis sûr. Je ne peux pas l'être pour tout le monde, ça c'est certain, mais avec mon frère pourquoi pas ? Quand il recula un peu, je l'écoutais. Je ne comprenais pas vraiment tout, mais je débarque d'un coup, je ne peux pas tout savoir. Sur le coup, je ne répondis rien, me contentant de le suivre jusque dans la salle où nous nous trouvions quelques instants plus tôt. Je le suit du regard lorsqu'il s'installe sur le bureau. Je reste debout devant lui, l'écoutant. Ce qu'il me dit me fait mal quelque part. Je ne veux pas lui piquer sa place, non.

« Je ne veux pas te piquer ta place Alec. T'es le premier véritable membre de ma famille que je rencontre. Je veux juste mon frère … Je suis tout seul, ma propre mère me déteste parce qu'en venant au monde j'ai gâché sa vie. Et preuve que je ne me trompe pas à son sujet, puisque à chaque vacances, elle fait son mieux pour ne pas être chez elle. Pour ne pas rester ici tout seul, je pars chez des amis ... »

Il m'avait sorti une partie de sa vie et moi, je venais d'en faire tout autant. J'ai l'opportunité d'avoir un frère, je ne vais pas faire le con pour le perdre. Maintenant, il va devoir me supporter, parce que je suis pas prêt de le lâcher. Je baisse la tête quelques instants. C'est vrai que j'ai toujours rêver de rencontrer mon père et là, que j'arrive presque au bout de mon rêve, me voilà hésitant.

« Comment il est ? Quand tu disais que je lui ressemble, c'est de notre père que tu parlais ? »

Loin de moi l'envie de le mettre mal à l'aise et je vois que ce sujet n'est pas vraiment celui qui lui fait plaisir. Je m'approche, hésitant encore et je plonge ma main dans la poche arrière de mon pantalon, attrapa quelques lettres. Je le regarde, lui tendant le petit paquet, avant de lui dire :

« C'est tout ce que j'ai de lui. »

Et puis d'un seul coup, j'ai eu l'impression d'avoir un déclic me laissant sur place sans bouger. Je venais de prendre conscience d'une chose plutôt importante pour l'avenir.

« Alec ? … Si on est frère, ça veut dire que Athénaïs est aussi ma sœur ? »

La bouche entrouvert, je crois que je venais de pâlir d'un seul coup, en imaginant que j'ai couché à plusieurs reprises avec ma sœur.
Shtoum (c)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
D. Alec-Ivy P.-Henderson
_______________________


avatar

....
● Messages : 1781
● Camps : Ordre des ténèbres, le mal domine.
● Situation : Marié avec Liam, le plus beau des hommes, trois enfants. ♥
● Activitées : Sans emploi, prisonnier à Azkaban.

Pensine
Pseudo IRL: Morphée.
Double comptes: //

MessageSujet: Re: J'ai pas encore fait mon testament (Pv Alec) Ven 26 Oct - 18:08

your bluff time is up
Jezy & Ivy


Je ne suis pas déçu, moi qui ne voulait pas le considérer comme mon frère je pense que j’ai eu tord, il est adorable, il me fait même de la peine à être comme ça, à être heureux de voir qu’il n’est désormais plus seul, ça me fait drôle, ça me fait mal au cœur, d’une part je me dis qu’il mérite de connaitre notre père mais de l’autre part j’ai peur que notre père lui fasse du mal, qu’il lui donne une place plus importante que moi et Athénaïs, pourtant ce n’est pas sa faute, à lui, il n’y est pour rien, ce sera juste à notre père que j’en voudrais énormément. Je ne sais plus où j’en suis avec lui, je l’aime tant ça me fait mal, mais je le déteste tellement il m’a brisé, il nous a brisé. J’aime mon père autant que je le déteste, et ça me brise de ne plus savoir quoi faire, comment agir avec lui, je suis totalement perdu et je sais que je dois prendre une décision, que je regretterais ou non…il a peut-être finalement raison, que je devrais faire comme si je n’avais rien entendu, faire comme s’il ne m’avait jamais dit qu’il était fier de moi, que l’on continue à se détester et que le jour où je lèverais ma baguette en sa direction pour l’éliminer et prendre sa place, je n’aurais aucun remord …bien sûr que si. Peut-être pas envers lui, mais envers ceux qui s’accrochent encore à lui, envers ceux qui aiment cet être abominable. J’ai peur …peur qu’il ne fasse du mal à Jezabel, peur qu’il ne l’entraine dans son cercle vicieux, dans la débauche, qu’il le transforme et le fasse devenir comme lui.

Je chasse ses idées en tête, et même mon père pendant ce temps là, je n’ai pas envie de penser à lui mais je sais qu’il va revenir, je vais devoir lui en parler, il va vouloir des explications et je n’aurais pas d’autres choix que de lui dire, je ne veux pas lui cacher, je ne veux rien lui cacher. Je ne veux pas lui mentir dès le début, d’ailleurs je n’aime pas mentir à ma famille, sauf à mon père mais sa c’est pour une raison précise évidemment. Je l’emmène dans la salle d’avant, je pense que l’on serait mieux là car en plus de sa, les murs ont des oreilles mine de rien, et je n’ai pas envie que des petits curieux s’amusent à tout répéter, on sera mieux là. Je prends place sur le bureau, l’observant puis je fronce les sourcils face à ce qu’il me dit et me mord la lèvre quand il me parle de sa mère, baissant mes yeux, hochant la tête.

« Bientôt tu ne seras plus seul, il n’y aura pas que moi. J’espère que tu seras plus heureux que là. »

Lui dis-je avec un petit sourire, ne préférant pas non plus lui dire « je te souhaite bon courage » je préfère qu’il découvre mon père de lui-même, je préfère qu’il soit heureux oui enfin bref je ne lui souhaite pas tout le malheur du monde, je ne veux qu’une chose, finalement, c’est qu’il soit heureux, que notre père le rende heureux, quitte à me mettre de côté, je veux qu’il vive ce que je n’ai jamais vécu, je veux qu’il vive mon rêve même si j’aimerais être à sa place, mais je préfère qu’il le vive plutôt qu’il soit rejeté de tous les côtés. Je souris faiblement avant de soupirer un peu, baissant mes yeux. Je préfère faire son éloge plutôt que de le blâmer.

« Oui, c’est de lui que je parlais. Il me ressemble beaucoup, il te ressemble beaucoup. Le moindre défaut, la moindre qualité … il ne montre pas ses sentiments, peut-être qu’avec toi si. Il est froid, et il aime évidemment qu’on le respecte. Hm … sinon, tu verras, il est adorable, mais il n’est pas du genre à venir se poser et te demander ce que tu as enfin, peut-être que toi tu auras cette chance. Ce n’est pas du tout un reproche tu sais, c’est juste qu’il ne t’a sûrement jamais vu ni rien, je n’en sais rien alors franchement j’ignore comment il peut réagir avec toi, peut-être différemment qu’avec moi ou … »

Je me retiens de dire Athénaïs. Mon dieu, je ne sais pas pourquoi mais bon. Je le regarde me tendre ensuite les lettres et je les prends. Je n’ai pas envie de les lire, quitte à être déçu ou je ne sais pas. Je les observe, hochant un peu la tête avant de les lui rendre presque aussitôt. C’est entre lui et notre père, je ne veux pas savoir. Moins j’en sais, mieux c’est, au final. Il me parle alors d’Athénaïs, bah tiens le contraire m’aurait étonné. Je le regarde d’un air suspect, tournant un peu la tête, fronçant les yeux, l’observant d’un air interrogateur, le voyant pâlir et presque surpris.

« Ne me dit pas que t’as couché avec elle ? »

Je regrette très vite ma question, je ne veux même pas savoir qui est passé entre les cuisses de ma sœur, rien que ça me répugne, enfin je veux dire, n’importe quoi peut y passer aussi, elle doit être tellement désespérée. Je soupire ensuite, bah voyons, je devais m’y attendre vu qu’elle se tape vraiment TOUT le château –sauf Liam, espérons-le. Je le regarde et hausse les épaules.

« Tant pis, c’est fait. Puis c’est pas comme si c’était du viol. Enfin, maintenant j’espère pour toi que tu ne recommenceras pas, même si c’était plaisant, hm ? »





« Parce que si ce n'était pas pour toute la torture, je ne saurai pas être comme ça et faire couler quelqu'un » ► C. AGUILERA
Code by Anarchy



_________________
HOLD YOUR BREATH &COUNT TO TEN
The side effects are sexual and you love the way I say. I'm your favorite drug, you can't break this addiction, no.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jezabel D. Myers
_______________________


avatar


● Messages : 164
● Camps : ODT en fuite
● Situation : Toujours raide dingue de sa soeur qu'il a épousé

Pensine
Pseudo IRL: Kevin
Double comptes: Valafar

MessageSujet: Re: J'ai pas encore fait mon testament (Pv Alec) Mer 12 Déc - 16:37


‘‘J'ai pas encore fait mon testament’’
Si je vous dis que je suis somnambule, vous me croyez ?

Etre heureux, je ne sais pas si je l’ai un jour été. La liberté, ne plus avoir les parents sur le dos, je connais. J’ai toujours été seul. Mais parfois, je me dis que les autres ont plus de chance que moi. Ils se plaignent constamment de leurs parents parce qu’ils les empêchent de faire certaines choses. C’est une preuve d’amour. Moi, ma mère s’en contre-fout. Je peux mettre la Terre à feu et à sang, ça ne lui fera ni chaud, ni froid. Elle ne m’a jamais considéré comme son fils, mais plus comme le cadeau empoisonné qui lui gâche la vie. Là, comme le dit Alec, je ne serai plus seul. Peut-être ou pas. Qui sait si mon père a envi de me connaitre ? A part quelques lettres, il n’est jamais venue me voir. J’ai manqué de tout, aussi bien côté affectif, que côté autorité. J’avoue que j’ai besoin d’un père qui me sert la vis de temps en temps, parce que sans ça, les conneries s’accumulent. Mon regard s’était posé sur Alec qui semblait songeur également. Un point en commun, on se barre tous les deux dans nos pensées en plein milieu d'une conversation importante.

« Elle craint cette situation hein… Mais je suis content que tu me l’ai dis, même si ta façon de le dire était tout sauf normale... Tu sais, j'aurai pas rêvé mieux comme frère. »

J’espérais que notre lien ne ferait que se renforcer et non se dégrader. J’osais lui demander plus d’informations sur mon père, notre père. Et à l’écouter, une impression étrange m’était venue. Entre eux, ça n’avait pas vraiment l’air tout rose. Penchant la tête légèrement sur le côté, malgré moi, sans même le quitter des yeux.

« Et si j’ai plus de chance que toi, est-ce que tu m’en voudras ? Je n’ai pas envie que tu finisses par me détester. Mon intention n’est pas de te le piquer. Je ne veux pas perdre mon frère. »

Mon rêve était justement d’en avoir un. A Poudlard, je me suis rapproché de Pontius. Il me passait mes conneries aussi souvent qu’il le pouvait et j’étais sûrement l’un des seuls élèves à l’apprécier. Ce soir là, j’avais cru le perdre à cause de son comportement incompréhensible et sûrement aussi de mon caractère rebelle. Mais avec tout ça, j’en avais oublié sa soeur ou plutôt devrais-je dire, notre soeur. A plusieurs reprises, nous nous sommes retrouvés pour passer des soirées plutôt chaudes ensembles. Le nombre de fois où nous avons terminé au lit, est incalculable. Elle me ressemble tellement dans sa façon de voir les choses, dans sa façon d’être aussi, que même si je m’étais juré de ne jamais tomber amoureux de qui que se soit, je mentais. Des sentiments sont nés, plus forts qu’ils ne le devraient et savoir qu’il s’agit de ma soeur est presque horrible. Mon attitude ne passa pas inaperçu et Alec me posa la question fatidique. Qu’est-ce que je peux dire ? Surtout que je n’arrive même pas à parler tellement je suis choqué par cette nouvelle. Alors voilà ? C’est ça ? La seule et unique femme qui m’intéresse en ce bas monde est ma soeur ? Je dois être maudis. L’impression que le monde tournait autour de moi et que j’étais en mode pause. Impossible de dire quoique se soit, jusqu’à ce que mon frère ne reprenne la parole. Par Salazar je suis vraiment qu’un pauvre crétin. Le pire c’est que je dois avoir une mine tellement coupable que ça ne m’étonnerait même pas qu’il m’en décolle une.

« Réussir par tomber amoureux de sa propre soeur, faut vraiment être con. »

J’aurais voulu le dire pour moi-même, mais les mots venaient de franchir mes lèvres et il était trop tard pour revenir dessus. Une chance qu’il soit assis, au moins il se rétamera pas par terre.
Shtoum (c)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
D. Alec-Ivy P.-Henderson
_______________________


avatar

....
● Messages : 1781
● Camps : Ordre des ténèbres, le mal domine.
● Situation : Marié avec Liam, le plus beau des hommes, trois enfants. ♥
● Activitées : Sans emploi, prisonnier à Azkaban.

Pensine
Pseudo IRL: Morphée.
Double comptes: //

MessageSujet: Re: J'ai pas encore fait mon testament (Pv Alec) Jeu 13 Déc - 19:04

your bluff time is up
Jezy & Ivy


Moi j’aime le fait que j’ai encore mes parents, certes maintenant je suis beaucoup plus libre qu’à un certain moment et je ne les ai jamais détesté parce qu’ils me privaient de liberté. Aujourd’hui je les comprends maintenant que j’ai des enfants. Il vaut mieux tard que jamais comme on dit mais bon. Mon père n’a sûrement pas fait assez attention à moi, sûrement plus à Athénaïs en la martyrisant mais pour moi il lui portait plus d’attention qu’à moi. J’ai toujours eu cette jalousie au fin fond de moi. Pourtant, j’ai fais toutes les conneries les plus inimaginables, il ne m’a jamais rien dit si ce n’est qu’une bonne gifle et dans ma chambre. Aujourd’hui je ne le comprends pas, et je lui en veux certainement quand même un peu –beaucoup. J’ai eu ma mère, mais ce n’était pas la même chose…malgré tout, heureusement qu’elle était la, cette femme. D’ailleurs, c’est la seule femme de ma vie. La seule femme qui ne m’a jamais fait de mal, qui ne m’a jamais déçu. Ma mère est, et restera la seule femme exceptionnelle à mes yeux. Je relève le regard en direction de Jezabel et lui fait un petit sourire, quand même content de l’entendre dire sa. Sa me réchauffe le cœur d’ailleurs, je crois que, jamais Athénaïs ne m’a dit une chose pareille. Finalement je pense que je l’avais mal jugé, moi qui éprouvait de la jalousie en son égard, vraiment il n’y a pas de raisons car…il est adorable. Ou alors, c’est un manipulateur, comme tous bons Pontius ? Nous sommes des menteurs nés, on arrive à mentir comme on respire. Enfin pour ma part, je me suis plutôt calmé, je préfère être honnête et directe. Je me mords lentement la lèvre inférieure avant de finalement soupirer.

« Je ne t’en voudrais pas…Je…tout ce que je souhaite c’est que tout le monde soit heureux. Cela m’embêtera un peu, mais me dire que j’ai une ‘nouvelle famille’… je comprends que notre père veuille trouver le fils parfait. Qui ne se mariera pas avec un homme déjà. J’espère qu’il te montrera combien il t’aime, tu le mérites. »

Lui dis-je en lui adressant un sourire sincère malgré que ça me fasse profondément mal à l’idée que mon père aime beaucoup plus Jezabel que moi. Au grand pire, je sais que je les laisserais vivre tous les deux, tous les quatre : Maman, Papa, Jezabel et Athénaïs puis moi je m’effacerais, vivant avec ma petite famille, faisant ma vie dans mon coin jusqu’à ce qu’ils aient besoin de moi. Ils n’ont plus besoin de moi, je suis assez grand pour tout gérer moi-même. Ils n’ont plus rien à m’apprendre, et depuis bien longtemps.

Avec Liam j’ai trouvé l’amour que je recherchais, j’ai trouvé cette attention que l’on ne m’a pas apporté. Je suis vraiment heureux avec lui, et je ne donnerais pas la même éducation que j’ai eue à mes enfants. Jamais. Jamais je ne leur ferais du mal, jamais je ne les laisserais se démerder tout seul en les lâchant dans la nature, en leur apprenant que pleurer c’est pour les faibles.

Je parle alors de ma petite sœur préférée puis il dit une phrase que …honnêtement je ne sais pas comment interpréter. Je ne peux pas m’empêcher de froncer les sourcils avant de lâcher un long soupire. Oh. Qu’est-ce qu’ils ont tous avec la trainée ? Oui. Athénaïs est une trainée qui bouge ses fesses sous le nez de n’importe qui, la preuve la voilà enceinte ! ENCEINTE PARDIS ! Après, est-elle sûre que Caleb soit le père ? Parce qu’honnêtement, avec tous les gars qu’elle s’est tapée…Non. Je ne suis pas jaloux, je trouve sa juste répugnant d’être fière de cette réputation, je trouve ça complètement débile, puéril…mais bon, c’est Athénaïs. Qu’elle fasse ce qu’elle veut, dorénavant je ne me mêlerais plus jamais de ses affaires, je n’essayerais pas de l’aider ni rien. De toute façon, comme toujours, elle aura toujours un piaf à qui elle fera les yeux doux.

« Oh, tu veux aussi entrer dans le clan des « Je suis fou d’Athénaïs » ? Crois-moi c’est démodé, maintenant qu’elle est engrossé par un foutu Bouffondor, plus personne la voudra. »

C’est encore tellement frais que je suis encore énervé à chaque fois que j’en parle. Je n’y arrive pas, désolé. Je n’arrive pas à encaisser. J’ai l’impression qu’elle n’arrive pas à se rendre compte de l’ampleur que peut prendre les choses ! Un bébé ce n’est pas rien. Je viens de réaliser que …que c’est mon frère, qui vient de dire sa. Oui, j’ai encore du mal à le voir comme mon frère, disons que c’est nouveau et il me faut du temps. Je l’observe. Si moi je vais pas faire une fausse couche avec toutes les conneries des deux ados…

« Heum …t’es pas sérieux, j’espère ? »




« Parce que si ce n'était pas pour toute la torture, je ne saurai pas être comme ça et faire couler quelqu'un » ► C. AGUILERA
Code by Anarchy



_________________
HOLD YOUR BREATH &COUNT TO TEN
The side effects are sexual and you love the way I say. I'm your favorite drug, you can't break this addiction, no.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jezabel D. Myers
_______________________


avatar


● Messages : 164
● Camps : ODT en fuite
● Situation : Toujours raide dingue de sa soeur qu'il a épousé

Pensine
Pseudo IRL: Kevin
Double comptes: Valafar

MessageSujet: Re: J'ai pas encore fait mon testament (Pv Alec) Lun 17 Déc - 17:19


‘‘J'ai pas encore fait mon testament’’
Si je vous dis que je suis somnambule, vous me croyez ?

Au fur et à mesure de notre conversation, Alec me semble de plus en plus sympathique. Est-ce un piège ? Il m’est encore difficile d’avoir confiance en lui les yeux fermés. Il m’a quand même bien secoué la tronche tout à l’heure, alors je reste tout de même méfiant, non sans l’écouter. A ma question, il me répond qu’il ne m’en voudra pas si notre père me porte plus d’attention qu’à lui. Les raisons qu’il me donne, en quelque sortes, me mettent un peu mal à l’aise. Je savais Alec Pontius mariait à l’un de mes professeurs, mais de là à en parler comme ça, je dois dire que d’un coup, je ne sais plus vraiment où me mettre. Ca c’est sûr, je ne suis pas homosexuel, ni même bisexuel, j’aime trop les femmes pour ça, mais c’est absurde de penser qu’un père peut rejeter son fils pour ça ? Je ne me suis jamais vraiment poser la question, parce que pour moi, je n’aurai jamais d’enfant. Il vaut mieux pas d’ailleurs, les pauvres petits avec un père tel que moi qui ferait sûrement plus de conneries qu’eux. Mon regard se repose sur lui, après un moment d’hésitation. Fils parfait ? Il parle de moi là ? Alerte rouge !

« Ah non, je ne risque pas d’être le fils parfait. Ou alors le fils parfait pour devenir dingue. Je suis vraiment un aimant à emmerdes et certainement maso avec ça, puisque me faire chopper en pleine connerie semble m’amuser. »

Et là un blanc s’installe, le temps que j’analyse la situation. Dans ma tête, ça faisait grossomodo ça : Alec = frère de moi. Moi = coucher avec soeur de lui. Donc moi = coucher avec ma propre soeur. Mais ce n’était pas tout, après que quelques mots m’aient échappé, Alec rebondit dessus, m’annonçant le plus froidement du monde, qu’Athénaïs attendait un enfant. Sûrement que je donnais l’impression d’être sur le point de faire une crise cardiaque, d’autant plus lorsqu’il continua sur sa lancée, en me disant que c’était un Gryffondor qui l’avait engrossé. Je n’eus pas besoin de réfléchir longtemps pour trouver le coupable. J’étais complètement désemparé d’un coup. C’était déjà assez difficile d’encaisser que la seule fille qui m’intéresse est ma soeur. Mais maintenant, c’est encore pire de savoir qu’elle attend un enfant de mon pire ennemi. Alors ma vie c’était ça ? Un beau lot de déceptions ? Je nageais en plein dans l’incompréhension et si Alec n’avait pas repris la parole, sans doute que je ne serai pas redescendu sur Terre. Là où j’étais, c’était même mieux, perdu dans mes pensées, je ne risquais pas de faire une connerie.

Pour seule réponse, j’avais dégluti et j’imagine qu’il avait entendu puisqu’un silence de mort régnait dans la salle. Comment a-t-elle pu me faire ça ? Je sais que nous ne sommes pas officiellement ensemble, mais elle sait mieux que quiconque combien je déteste ce type. En tant qu’amie, elle n’aurait même pas dû coucher avec lui. Tous les autres mecs de Poudlard ne lui suffisent pas ? Je l’avais mauvaise et ça, je pense que ça pouvait se comprendre.

« Je vais le massacrer … »

Ca tu m’étonne que je vais lui tomber sur la tronche à celui-là. Comme digérer autant de choses d’un coup ? La boule qui se formait dans ma gorge, m’empêchait presque de m’exprimer. Je n’ai vraiment pas envie de me mettre à chialer comme un gosse, alors je prenais sur moi pour ne pas craquer. Mieux vaut que je me laisse aller à la haine, plutôt qu’à la peine. Et la haine, je l’avais là.

« Ca fait longtemps qu’elle y est ? »

Pourquoi ? Juste pour savoir si nous sommes de véritables amis ou si elle s’est bien foutue de moi. Honnêtement, je pense plutôt pour la seconde solution.
Shtoum (c)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
D. Alec-Ivy P.-Henderson
_______________________


avatar

....
● Messages : 1781
● Camps : Ordre des ténèbres, le mal domine.
● Situation : Marié avec Liam, le plus beau des hommes, trois enfants. ♥
● Activitées : Sans emploi, prisonnier à Azkaban.

Pensine
Pseudo IRL: Morphée.
Double comptes: //

MessageSujet: Re: J'ai pas encore fait mon testament (Pv Alec) Lun 24 Déc - 12:01

your bluff time is up
Jezy & Ivy


Finalement, je préfère lui montrer celui que je suis vraiment. Après tout c’est mon petit frère et je sais, du moins je suis persuadé qu’il ne le répètera à personne, qu’il est digne de confiance oui. Cela fait un bout de temps que je ferme les yeux sur ses conneries, c’est vraiment que je l’apprécie sinon il aurait subit le même sort que les autres et pourtant, pourtant il n’a jamais subit quoique ce soit de ma part. Je m’ouvre un peu à lui car j’ai entièrement confiance et je ne veux tout de même pas l’effrayer malgré qu’il sache que je suis sadique, que je suis le plus méchant de ‘tous’ et surtout le plus effrayant. Je sais que je donne une mauvaise image de moi-même mais je suis un vilain, tout ce que je veux c’est me faire respecter et montrer à tout le monde que si l’on ose me faire chier ou bien encore me marcher sur les pieds et tenter quelque chose contre moi, il en paye de sa vie, il doit en subir les conséquences. Je ne supporte pas que l’on me tape trop sur le système.

Je n’ai pas pu m’empêcher de tout déballer à Jezabel, c'est-à-dire que voilà le fait que ma sœur soit enceinte, m’horrifie, me dégoûte au plus haut point. Jamais, si j’étais une femme –malgré que je le sois là- je me serais permis de tomber en cloque à dix sept ans et le pire du pire c’est que je ne l’aurais même pas garder sachant que de un déjà je ne connais pas le père et de deux cela bousillerait ma vie, mon avenir surtout qu’elle n’a pas de travail et qu’elle ne peut pas vivre éternellement aux crochets des autres, elle aura beau se réfugier ,se faire aider à un moment donné ils en auront marre et ils la foutront dehors mais qu’elle s’assure, jamais je ne ferais quelque chose pour elle. Je me suis démerdé pendant tant d’années tout seul, la vie ne m’a jamais fait de cadeau et je ne verrais pas pourquoi elle, elle n’aurait pas le droit à se prendre des baffes.

Je vois que j’ai fais une bêtise, encore une fois j’ai loupé une occasion de me taire, mais au moins, c’est dit, c’est fait et je préfère lui mettre la vérité en face, je préfère le lui dire car connaissant ma sœur je suis quasiment sur qu’elle aurait attendu un certain temps, elle lui aurait dit beaucoup trop tard et comme c’est ‘nouveau’ mieux vaut lui dire qu’il le découvre par lui-même et soit sûrement encore plus déçu. Je l’observe, en silence ne pouvant m’empêcher de me mordre la lèvre avant d’hausser les épaules face à sa question. J’en sais rien, on ne s’est pas parlé depuis et, je pense que si elle se trouve face à moi, je vais lui tomber dessus déjà qu’elle m’évite…elle a même de quoi m’éviter d’ailleurs.

« Entre nous, je ne sais pas, je ne veux pas savoir, et je m’en fou. Je trouve ça absurde. »

Déjà elle se fait sauter par n’importe quoi et elle tombe en cloque de n’importe quoi. Alors évidemment, je n’accepte pas, évidemment que j’ai honte parce que, vraiment hein je me sens carrément normal à côté de mon père et d’elle. Je ne peux m’empêcher de lâcher un long soupire et de m’asseoir commençant à me sentir mal. Je me mords lentement la lèvre et ferme mes yeux.

« Si tu veux lui éclater la tronche à ce Bouffondor, je ne te retiendrais pas, je serais même le premier à t’encourager…Bref. Si tu veux t’en aller tu peux, je ferais comme s’il ne s’était rien passé. »

Et je pense que rentrer chez moi c’est recommandé vu comment je commence à avoir des douleurs au ventre, et que je commence à avoir la gerbe. Je serre les dents et l’observe, restant assis.





« Parce que si ce n'était pas pour toute la torture, je ne saurai pas être comme ça et faire couler quelqu'un » ► C. AGUILERA
Code by Anarchy



_________________
HOLD YOUR BREATH &COUNT TO TEN
The side effects are sexual and you love the way I say. I'm your favorite drug, you can't break this addiction, no.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
_______________________





MessageSujet: Re: J'ai pas encore fait mon testament (Pv Alec)

Revenir en haut Aller en bas

J'ai pas encore fait mon testament (Pv Alec)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» Qui fait de la généalogie?
» aide pour nettoyer un virus qui se fait passer pour MS Antivirus angla
» Le "Poupy train" ... site vite fait..
» C'que t'as fait d'ta journée ! o/
» Je crois que j'ai fait une grosse c.....ie !

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
APARECIUM :: HOGWARTS :: Le Chateau :: Les Cachots-